AccueilEspace 16-25 ansLes clés d’internetComment ça marche ?Sommes-nous tous égaux sur le web ?

Imaginez que les fournisseurs d’accès à internet (FAI) décident de vous faire payer plus cher votre abonnement parce que vous regardez beaucoup YouTube ou TikTok ? Ou encore que les vidéos des petits YouTubeurs soient 10 fois plus lentes à charger que celles de ceux qui ont les moyens de payer ? C’est ce que certains FAI américains rêvent de faire ! Heureusement, un concept clé d’internet les entrave : la Neutralité du Net. C’est un concept inhérent à la philosophie de partage et de liberté d’internet et selon lequel il faut garantir une égalité du réseau internet pour tous les contenus et tous les utilisateurs partout dans le monde. Cela signifie que nous avons tous le même accès au réseau internet et que les flux d’informations ne sont ni meilleurs ni différents, d’un pays à l’autre, d’un usager à l’autre. Cela semble évident, mais en fait pas tant que ça ! Beaucoup prônent en effet un internet différent selon l’émetteur ou le destinataire et des accès restreints à certains contenus ou plateformes. Sans neutralité du net, il pourrait donc y avoir un internet selon les contenus téléchargés et les applications utilisées, remettant ainsi en cause tout son fonctionnement. Il faut donc que nous restions tous vigilants, à titre individuel et collectif pour éviter l’arrivée de cet internet à plusieurs vitesses. 

Passer à l'action
Adhérer à l’Afnic
Adhérer à l’Afnic

Envie de peser sur les orientations technologiques et stratégiques d’internet, rejoignez l’association française en charge du .fr

Comment agir pour protéger la neutralité du net ?

Il suffit aujourd’hui de regarder comment s’organisent les réseaux sociaux et le contenu sur internet pour constater que le principe de neutralité du net est attaqué tous les jours. Vous rêvez de décrocher la belle pastille bleue à côté de votre nom sur Insta ? Mais que cache réellement ce système de VIP ? La certification des comptes proposée sur la plupart des réseaux sociaux, censée protéger les personnalités publiques, engendre surtout une inégalité de services pour les usagers d’un même réseau. Les VIP bénéficient d’options différentes et sont mieux référencés que les autres, ce qui leur permet d’accroître leur visibilité encore plus vite. Il existe même un marché noir qui s’est créé autour de ces certifications ! Avec des tarifs à partir de 1 250€ pour Facebook, 2 100€ pour Twitter ou 5 000€ pour Instagram, certains tentent même de contourner le système mais dans quel but si ce n’est frauduleux (usurpation d’identité, faux concours, etc.).

Autre phénomène à surveiller, les « bulles de filtres ». Ces bulles sont des espaces informationnels dans lesquels des services web d’information peuvent enfermer les internautes en ciblant prioritairement des contenus selon les profils identifiés. Une pratique courante chez les GAFAM. En consommant ou en réagissant à tel ou tel contenu, les plateformes numériques en déduisent vos centres d’intérêt et vos opinions. Pour s’assurer de votre satisfaction, elles font ensuite le choix de vous proposer des contenus semblables, vous coupant de tout contenu contraire à vos croyances. En clair, deux personnes qui font simultanément la même recherche sur internet n’auront pas les mêmes résultats, ni le même entonnoir d’information. Ce contenu toujours plus personnalisé au fil de vos connexions vous coupe peu à peu de toute autre vision du monde que la vôtre. Si cette personnalisation vous est imposée, il est essentiel d’en connaître l’existence et d’en comprendre le mécanisme pour juger cette information à sa juste valeur. Enfin, la libre pensée consiste donc à ne pas se reposer sur l’algorithme et à chercher l’information aussi en dehors de ses espaces habituels.

Comment rester bien informé sur internet ?

Lorsque l’on parle d’égalité sur le web, la question des données personnelles se pose. Ces données valent de l’or pour les marques, elles peuvent même aujourd’hui se monnayer comme le propose l’application TaData pour les 15-25 ans. Mais faire le jeu de cette monétisation c’est aller contre le principe de neutralité du net et de son égalité. C’est contribuer à encourager l’inégalité du web. Être conscient que ses données sont monétisées permet de comprendre qu’elles peuvent orienter la façon dont on surfe sur internet. La gestion des données personnelles est un enjeu numérique majeur que les plus jeunes doivent vite comprendre pour se protéger eux-mêmes mais également protéger la neutralité du net.  

Chacun à son échelle peut agir pour qu’internet reste égalitaire en protégeant ses données personnelles et en restant informé et vigilant sur les mécanismes de fonctionnement du net afin d’éviter les systèmes de censure et de hiérarchie des usagers qui sont déjà en place dans certains pays comme la Chine. En effet, dès 2014, la Chine a lancé une expérimentation autour de la création d’un crédit social basé sur l’évaluation et la notation des individus. Le comportement des internautes sur internet et sur les réseaux sociaux contribue à ce crédit social. Au cœur de ce système, on retrouve notamment l’application WeChat, sorte de super application combinant des équivalents chinois de Facebook, WhatsApp, Uber, PayPal, Amazon, Doctolib et bien d’autres encore. Le gouvernement chinois n’a plus qu’à récolter les informations qu’il souhaite sur la solvabilité d’un citoyen et même sur ces sujets de discussion et donc ses orientations politiques. Une note découle de ces comportements afin de décider de la confiance accordable et de fait, des droits concédés (accès à certains services, réductions,…) dans la société et sur internet. Ainsi le système de crédit social efface l’idée même de neutralité du net en ignorant les principes d’anonymat et d’accès égalitaire à internet.