AccueilEspace TPE/PMEVos outils de communicationEmailing / Newsletter5 conseils pour un e-mailing efficace

Conseil n°1 pour un e-mailing efficace : définir ses objectifs

Pas de stratégie marketing efficace sans objectifs clairs et précis. À vous de définir ce dont l’entreprise a besoin et ce qu’elle souhaite déclencher en s’adressant à ses clients ou prospects. Vous pouvez par exemple créer des e-mailings de prospection pour toucher de nouveaux clients, de relance pour un panier en cours, d’information pour annoncer un nouveau produit, de promotion pendant les soldes et ventes privées, d’invitation à des évènements…

Continuer d'apprendre
Profiter de 50 conseils essentiels
Profiter de 50 conseils essentiels

Consultez notre guide complet pour vous lancer sur internet, créer votre site internet, vous rendre visible des internautes et trouver vos premiers clients tout en ajustant vos actions à la performance !

Conseil n°2 pour un e-mailing efficace : bien connaître sa cible

Comme pour un magazine qui écrit pour son lectorat, si vous voulez être lu, vous devez savoir à qui vous écrivez afin de bien cibler ! Personnalisés, vos e-mailings seront par exemple plus efficaces. Commencez par différencier vos contacts. Clients ou prospects, clients réguliers ou ponctuels, panier moyen, lieux de résidence… Les clés de tris sont nombreuses et peuvent vous permettre de mieux adapter vos contenus et vos envois. N’oubliez cependant pas d’énoncer clairement les données que vous collectez et pour quel usage. C’est une obligation légale, celle de la conformité au RGPD.

Conseil n°3 pour un e-mailing efficace : choisir le bon moment

Il ne suffit pas de choisir le bon message et la bonne cible, il faut aussi trouver le bon moment. Vous pouvez programmer avec précision le jour et l’heure de vos envois ce qui permet de vous adapter parfaitement à l’agenda de votre entreprise et de gérer au mieux en fonction de votre emploi du temps et vos contraintes. Les agences de conseil en webmarketing préconisent des envois le matin entre 9 et 11h et plutôt en milieu de semaine pour une cible BtoB, un temps propice à l’ouverture des e-mails. Le bon moment sera plutôt en fin de journée ou le week-end en BtoC. Les envois sont donc à adapter à votre cible.

Conseil n°4 pour un e-mailing efficace : rassurer sur l’expéditeur

Pour optimiser le taux d’ouverture de l’e-mail, il faut rassurer en étant identifiable au premier coup d’œil. Il vous faut pour cela une adresse d’expéditeur personnalisée au nom de votre entreprise (comme : contact@monentreprise.fr), un atout clé pour renforcer votre crédibilité et rassurer les internautes. Le second champ à soigner est l’objet de l’e-mailing. Il doit être précis et utile. Les objets trop vagues qui pourraient s’appliquer à n’importe quelle entreprise ou message ne donneront aucune envie de cliquer. Le titre doit aussi être assez court pour être lu sur smartphone par les mobinautes toujours plus nombreux. Enfin, le preheader (la première phrase qui apparaît près de l’objet dans les e-mails), doit compléter votre titre avec une information importante qui attise l’attention du lecteur.

Conseil n°5 pour un e-mailing efficace : soigner les visuels

C’est un fait : les e-mails avec visuels ont un taux de clic plus élevé que les autres. Alors ne vous privez pas de cet outil supplémentaire, sans toutefois en abuser. Utilisez des photos de qualité professionnelle qui apportent une valeur ajoutée à ce dont vous parlez dans l’emailing. Vous pouvez également jouer sur des arrières plans originaux ou encore trancher avec la tendance du moment qui est au mode sombre. Les éléments visuels de votre message devront être cliquables pour devenir des CTA (Call To Action) et renvoyer vers la page de votre choix sur votre site internet. N’oubliez pas dans le même esprit de soigner le visuel et les CTA de la « landing page », la page d’atterrissage, sur laquelle vont arriver les internautes qui cliquent dans votre e-mail.

Enfin, n’oubliez pas de faire un bilan des résultats obtenus pour progresser ! Après chaque envoi, commencez par vérifier le taux d’ouverture, de clics ou de réactivité en fonction de vos objectifs (présence à l’esprit, lecture ou transformation). Et pensez à vérifier le volume de désabonnement signe d’insatisfaction ou d’inadéquation du contenu proposé aux récepteurs.