> Septembre 2016

Le crowdfunding pour financer votre entreprise

Symbole d’une volonté d’engagement de plus en plus forte de la part des citoyens, et d’une tendance à vouloir s’émanciper des acteurs traditionnels de la part des entrepreneurs, le financement participatif ne cesse de progresser.

Crowdfunding : kesako ?

Le crowdfunding est un outil de financement alternatif qui évite de faire appel aux acteurs traditionnels comme les banques pour obtenir un prêt. Ce mode de financement participatif permet de récolter des fonds auprès du grand public via des plateformes numériques dédiées. Ainsi, si vous souhaitez faire appel à ce mode de financement pour votre TPE, le crowdfunding peut prendre trois formes : le don (avec ou sans contreparties non financières – services ou produits offerts par exemple -), le prêt (gratuit ou rémunéré) ou la souscription de titres de capital ou de créance (dont la contrepartie est la participation aux éventuels bénéfices du projet).

Une pratique réglementée
La parution de l’ordonnance le 1er octobre 2014 encadre ce mode de financement participatif. Ainsi, deux statuts juridiques ont été créés afin de sécuriser les activités générées dans le cadre de cette pratique : celui d’intermédiaire en financement participatif (IFP) pour les plateformes de prêt (les plateformes de dons peuvent également adopter ce statut si elles le souhaitent), et celui de conseiller en investissements participatifs (CIP) pour les plateformes d’investissement. En mars 2016, à l’occasion des 3èmeAssises de la finance participative qui réunissaient les acteurs du crowdfunding, de nouvelles mesures pour développer ce secteur ont été annoncées. Concernant aussi bien l’investissement que le prêt, elles permettront, d’après Nicolas LESUR, Président de Financement Participatif France, « d’élargir le champ d’action des plateformes et d’offrir des possibilités de financement plus larges tout en protégeant les Français qui utilisent leur épargne pour financer l’économie ».

Les points à vérifier
Avant toute chose, si vous souhaitez recourir au crowdfunding pour financer un projet ou votre entreprise, prenez le temps de bien choisir la plateforme par laquelle vous souhaitez passer, et renseignez-vous sur les obligations qui vous incombent. N’oubliez pas de vérifier que l’organisme dispose bien du statut juridique réglementé correspondant au type de service qu’il propose (lire ci-dessus), et qu’il figure bien sur la liste des prestataires autorisés à exercer en France. Le label « Plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises » le confirmera.

Les avantages et inconvénients
Les avantages et les inconvénients liés au crowdfunding dépendent bien évidemment du mode de financement choisi. Mais de manière générale, faire appel au grand public pour financer son projet ou sa TPE permet de gagner en rapidité (90 jours maximum) par rapport à un financement opéré via les acteurs traditionnels, et il vous oblige à communiquer autour de votre ambition, donc génère un gain en visibilité et en notoriété.

En revanche, ce système demande un fort investissement personnel pour séduire les éventuels financeurs et les tenir au courant de l’avancée de votre projet. Attention, il peut finir par coûter plus cher qu’un emprunt bancaire (frais engagés pour la communication, commission demandée par la plateforme, intérêts en cas de prêts, qui doivent être attractifs pour concurrencer d’autres solutions de placement !).

Pour aller plus loin :

Découvrez nos formations en ligne